Le Matrimandir

Auroville, la ville expérimentale en Inde du sud

J’ai passé une semaine à sillonner les chemins d’Auroville en visitant les différentes communautés qui la composent. Créée en 1968, j’arrive par hasard pendant le 50ème anniversaire de la ville.

 

Qu’est ce qu’Auroville ?

Auroville est une ville expérimentale située en Inde du sud, à 10 km de l’ancien comptoir français Pondichéry. Elle fut créée en 1968 par une femme d’origine française Mirra Alfassa, surnommée « La Mère » compagne spirituelle du philosophe indien Sri Aurobindo.

Il s’agit d’un lieu de vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités.

Aujourd’hui, la ville est composée de plus de 2500 Aurovilliens, issus d’une cinquantaine de pays. Désert à l’origine, ils ont planté plus de 4 millions d’arbres. Le lieu est maintenant parfaitement viable.

LA CHARTE D’AUROVILLE :

1. Auroville n’appartient à personne en particulier. Elle appartient à toute l’Humanité. Mais pour y séjourner, il faut être le serviteur volontaire de la Conscience Divine ;

2. Auroville sera le lieu de l’éducation perpétuelle, du progrès constant, et d’une jeunesse qui ne vieillit point ;

3. Auroville veut être le pont entre le passé et l’avenir. Profitant de toutes les découvertes extérieures et intérieures, elle veut hardiment s’élancer vers les réalisations futures ;

4. Auroville sera le lieu des recherches matérielles et spirituelles pour donner un corps vivant à une unité humaine concrète.

 

Mon expérience à Auroville

Je pensais que 3 jours suffiraient, mais je suis finalement resté une semaine, et je serais bien resté un peu plus longtemps. Beaucoup de projets intéressants sont regroupés dans un rayon de 10 km et il est très simple de circuler à vélo en empruntant les chemins de terre qui les relient.

Auroville est un lieu particulier, il ne s’agit ni de l’Inde traditionnelle ni d’une secte comme certains aiment le dire. Ce n’est pas vraiment une ville comme on l’entend, c’est très étalé, je n’ai pas ressenti l’unité du projet, les aurovilliens on l’air de vivre chacun dans leur coin.

Le tourisme a une place importante. Certains viennent à la journée et repartent sans même essayer de comprendre. Je n’ai moi-même pas vraiment cerné le projet dans sa globalité en y étant resté une semaine. Un minimum de temps sur place est nécéssaire.

Il y a plusieurs points qui ne sont pas très clairs. Qui finance Auroville ? En ayant parlé avec quelques aurovilliens, ce n’est pas si libre que ça y parait. Nous sommes en Inde, Auroville est donc sous la tutelle du gouvernement indien et des lobbys. Pourquoi n’y a-t-il pas de monnaie locale ?

Certains qualifient le projet de néo-colonialiste, ce qui n’est je pense pas entièrement faux. Est-ce qu’un lieu comme celui-ci pourrait exister sans la main d’oeuvre indienne à bas prix ?

 

Mon TOP 5 des « auro-lieux »

1. Le Matrimandir. Le « temple » et symbole d’Auroville. La sphère est traversée dans toute sa hauteur par un rayon de soleil pénétrant un globe de cristal de 70 cm de diamètre (réputé le plus gros au monde). Il éclaire ainsi une chambre intérieure revêtue de marbre blanc destinée à la méditation. Le lieu est unique en son genre.

Coupe intérieure du Matrimandir


2. Aurospirul. C’est la première fois que je visitais une ferme de spiruline. J’ai ainsi pu goûter de la spiruline fraîche, bien meilleure que la sèche, aussi bien au niveau gustatif qu’au niveau nutritif.




3. Sadhana Forest. Le sud de l’Inde était autrefois couvert d’une forêt tropicale unique en son genre (The Tropical Dry Evergreen Forest). Il n’en reste que 0,01%. Sadhana Forest est une communauté internationale qui a pour objectif (entres autres) de reforester la zone et de restaurer l’ecosystème originel.

Sadhana Forest


4. Ferme Solitude. Ferme de permaculture, où Krishna pratique l’agriculture sauvage depuis plus de 20 ans. Il cultive des espèces locales en s’inspirant entres autres des principes de Fukuoka.

Ferme de permaculture Solitude


5. Sacred Groves. Projet de bio-construction qui questionne notre façon de vivre. On y expérimente l’architecture durable, sociale et économique, en utilisant des matériaux naturels et locaux. L’architecte, aurovillien d’origine hollandaise me fait visiter les lieux.




Site d’Auroville : https://www.auroville.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s